DHEAUSA.COM

  DHEAusa.com en Français                                                           
Français         English         Español       Português       Deutsch         Italiano

DHEAUSA.COM

  DHEAusa.com en Français                                                           
Français         English         Español       Português       Deutsch         Italiano

DHEAUSA.COM

     DHEAusa.com en Français                                    
   Français    English    Español   Português   Deutsch    Italiano

Ménopause et DHEA

De nombreux aspects de la ménopause ont été étudiés en utilisant la DHEA comme traitement, tels que la sécheresse vaginale, l’ostéoporose, les bouffées de chaleur, les troubles émotionnels (fatigue, irritabilité, anxiété, dépression, insomnie, difficultés de concentration, troubles de mémoire, baisse de la libido), qui apparaissent lors de la ménopause.

Aux environs de 50 ans les femmes subissent la ménopause : arrêt du fonctionnement des ovaires et cessation des règles. Cette période se distingue par une baisse rapide des niveaux d’hormones sexuelles, y compris l’oestrogène, la DHEA, la testostérone, la prégnénolone et le progestérone.

Des maladies diverses sont liées à la ménopause, qui est une baisse rapide de la protection hormonale, notamment les troubles cardiaques et l’ostéoporose. Beaucoup de ces symptômes sont causés par la perte d’oestrogènes, mais il y également des effets provoqués par la baisse du taux de DHEA et de testostérone chez les femmes ménopausées.


 
Etudes cliniques

  • G.W. Bates a donné à 15 femmes ménopausées (moyenne d’âge 62 ans) 50 mg de DHEA pendant 3 semaines. Il a conclu que le traitement par supplément de DHEA chez les femmes ménopausées peut diminuer la résistance à l’insuline liée à l’âge.

     

  • P. Casson et ses collègues a donné 50 mg par jour de DHEA à 11 femmes ménopausées lors d’une étude de 3 semaines, en double aveugle avec groupe placebo. Ils ont noté que la capacité des lymphocytes T à se lier à l’insuline et à provoquer sa dégradation augmentait avec la DHEA. L’amélioration de cette capacité est un des marqueurs mesurant la sensibilité à l’insuline.

     

  • Une dose de 30 à 50 mg de DHEA quotidienne améliore l’humeur, le sentiment de bien-être et l’appétit sexuel chez les femmes souffrant d’insuffisance surrénale.

     

  • Un essai de DHEA à long terme sur des femmes de plus de 60 ans a montré un accroissement significatif de la densité osseuse.

     

  • Une étude réalisée sur des femmes âgées de 70 à 79 ans a montré une amélioration du désir sexuel, de l’excitation et du plaisir grâce à la prise de DHEA.

     

  • Une équipe italienne a conduit une étude de 12 mois sur 20 femmes ménopausées en bonne santé, âgées de 50 à 65 ans, qui n’utilisaient aucune thérapie hormonale. Les sujets ont été divisés en deux groupes de 10 personnes selon l’âge. Le groupe A (50 à 55 ans), composé de femmes ménopausées depuis 3 ans et groupe B (60 à 65 ans), composé de femmes ménopausées depuis plus de 5 ans. Toutes les patients ont pris 25 mg de DHEA par jour pendant 12 mois. Les femmes ménopausées depuis moins longtemps ont montré de plus forts taux de DHEA, DHEAS, testostérone et bêta-endorphine que celles ménopausées depuis plus longtemps. Des changements significatifs dans les niveaux endocriniens ont été observés à la suite de ce traitement. La thérapie par supplément de DHEA a éliminé les différences observées au départ de l’étude entre les 2 groupes. Les taux de testostérone et de dihydrotestostérone du plasma, ainsi que le niveau des plasmas E 1 et E 2 se sont accrus progressivement et significativement chez les 2 groupes. De même, la concentration en prégnénolone et en bêta-endorphine ont augmenté significativement pour les 2 groupes. Le taux de cortisol du plasma F a progressivement décru tout au long de l’étude. Les 2 groupes ont aussi manifesté une réduction significative des taux de LH et FSH dans le plasma. Le taux d’hormone de croissance (GH) et de facteur de croissance similaire à l’insuline (IGF-1) se sont accrus chez les 2 groupes. La supplémentation en DHEA n’a pas induit de changement d’épaisseur dans la muqueuse utérine. L’étude a démontré l’efficacité de l’administration de DHEA à faible dose sur les paramètres endocriniens et psycho-neuro-endocriniens à un stade récent ou avancé de la ménopause. Elle a également confirmé que la DHEA à petite dose augmente le niveau d’androgène surrénal dans le plasma, lequel est significativement affaibli durant la ménopause. Ces données soutiennent et confirment la thèse que la DHEA peut être considérée un traitement valide pour le traitement hormonal des femmes ménopausées, et pas seulement comme un supplément diététique.