DHEAUSA.COM


Français


English


Русский


Español


Português


Deutsch


Italiano


Swedish


Dutch


日本語
 
 
Merchant Services

     
 

Accueil

 
 

Contact

 
 

Conditions de vente

 
 

Formulaire de commande sécurisé en français

 
 

- - -  Produits  - - -

 
 

DHEA

 
 

Mélatonine

 
 

Symbiotropin

 
 

Meditropin

 
 

Testron SX

 
 

Crème ProDHEA

 
 

Crème à la Mélatonine

 
 

Crème ProGen

 
 

Analyse hormonale

 
 

Move Free

 
 

Sélénium

 
 

-  Informations  -

 
 

Bienfaits de la DHEA

 
 

Qualité Schiff

 
 

Histoire de la DHEA

 
 

Multiples facettes
de la Mélatonine

 
 

Commentaires
de clients

 
 

Témoignages
de médecins

 
     

 

SÉLÉNIUM
Qualité Pharmaceutique

L’ANTIOXYDANT  PAR  EXCELLENCE

 

                

Sélénium 200 mcg / 120 comprimés

$46.95 USD
 

Quantité:   

Convertisseur de devises

 


Vous trouverez sur cette page les sujets suivants :

Qu'est ce que le Sélénium ?
Indications
Mode d'utilisation ou posologie
Propriétés
Historique
Principales sources alimentaires
Symptômes de carence ou de risque de carence
Recherches
Contre-indications
Effets secondaires
Précautions
Interactions avec des médicaments

 

Qu'est ce que le Sélénium ?

Autres noms : sélénite, sélénate, sélénométhionine, sélénocystéine.

Le sélénium est un oligoélément indispensable au corps humain. Il est présent à l'état de traces dans les aliments. On utilise différentes techniques pour vérifier sa présence dans l'organisme, comme l'analyse de sang et des cheveux, mais, dans plusieurs études épidémiologiques, les chercheurs ont plutôt vérifié la teneur en sélénium des ongles des sujets, une mesure considérée fiable pour évaluer l'apport en sélénium à long terme. Il est absorbé au niveau du tube digestif et principalement éliminé dans l'urine.

Indications

Efficacité possible pour prévenir la maladie de Keshan (cardiomyopathie juvénile), réduire la mortalité par cancer, l'incidence totale du cancer et celle du cancer du poumon, de la prostate et du cancer colorectal.

Usages n'ayant pas fait l'objet de recherches scientifiques : arthrite, maladies cardiovasculaires, dégénérescence maculaire, dystrophie musculaire, fibrose kystique, infertilité, mort subite du nourrisson, traitement du SIDA.

Mode d'utilisation ou posologie

Généralités
Notre corps ne synthétise pas le sélénium et nous devons donc le trouver dans notre nourriture. La teneur en sélénium des végétaux et des animaux (viandes) que nous mangeons varie selon celle du sol sur lequel ils sont cultivés ou élevés.

  1. L'organisation mondiale de la santé recommande un apport quotidien de 50 mcg à 200 mcg pour les adultes.

  2. Les apports quotidiens suggérés pour les enfants sont beaucoup plus bas, soit environ 20 mcg pour ceux de 1 à 6 ans.

  3. Ils varient aussi selon les pays, mais, en moyenne, on recommande un apport minimal d'environ 55 mcg/jour pour les femmes adultes et de 70 mcg pour les hommes. Les besoins en sélénium de ces derniers sont supérieurs à ceux des femmes, car ils en élimineraient une certaine quantité au moment de l'éjaculation. Les femmes enceintes ou qui allaitent ont des besoins un peu plus élevés, soit respectivement 60 mcg et 70 mcg/jour.

  4. Il est fortement déconseillé de consommer plus de 400 mcg de sélénium par jour (sous forme de supplément), car, en excès, cet oligoélément est toxique (Voir la section "Précautions").

Au chapitre des doses thérapeutiques, les recherches permettent de faire les recommandations suivantes :

  • Prévention du cancer : 200 mcg/jour.

  • Maladie de Keshan : 30 mcg/jour.

Notez que de nombreux suppléments de vitamines et minéraux contiennent du sélénium en quantités variables, le minimum étant généralement de 20 mcg.

Propriétés

Comme la plupart des oligoéléments, le sélénium joue un rôle-clé dans l'ensemble de notre organisme. Bien qu'on n'ait pas encore totalement élucidé son mode d'action, voici les propriétés qu'on lui prête.

  • Antioxydant. Au niveau intracellulaire, il permet à notre organisme de produire la glutathion-peroxydase. Celle-ci travaille de concert avec la vitamine E pour protéger les membranes cellulaires contre l'oxydation provoquée par les radicaux libres, des substances impliquées dans le vieillissement, l'apparition de certains types de cancer, de maladies cardiovasculaires ainsi que dans la formation des cataractes.

  • L'effet antioxydant du sélénium agit aussi en cas d'inflammation arthritique. Une étude récente a constaté un effet positif dans le cas de sujets souffrant d'inflammation systémique grave.

  • Métabolisme de la glande thyroïde. Une carence en sélénium nuit à la production d'hormones thyroïdiennes.

  • Immunomodulateur. Le sélénium est essentiel au bon fonctionnement du système immunitaire. Il freinerait la reproduction de cellules virales, ce qui le rend utile en cas d'hépatites et de SIDA notamment (chez les personnes atteintes de SIDA le taux de sélénium dans le sang diminue beaucoup) . Selon une étude parue en juin 2001 dans Federation of American Societies for Experimental Biology, des souris carencées en sélénium ayant reçu le virus de la grippe ont eu des infections plus graves et plus longues que leurs consoeurs non carencées. De plus, les chercheurs ont constaté que le virus prélevé sur les souris carencées avait muté plus fréquemment, ce qui indique que des déficiences spécifiques pourraient contribuer à l'apparition de souches virales capables de propager l'épidémie.

  • Système reproducteur masculin. Il agit particulièrement au chapitre de l'intégrité des spermatozoïdes et du métabolisme de la testostérone.

  • Détoxiquant. Le sélénium semble avoir la capacité de se lier à certains métaux lourds toxiques comme l'arsenic, le plomb, le mercure et le cadmium et aiderait donc notre organisme à l'éliminer par le biais de l'urine.

  • Système nerveux. Le sélénium intervient dans la synthèse des cellules nerveuses; sa carence peut provoquer une dépression, de la fatigue, de l'anxiété, etc.

  • Système musculaire. Une carence en sélénium provoque une faiblesse généralisée.

  • Antifongique, antipelliculaire et régulateur de la séborrhée du cuir chevelu en usage externe. Le sélénium fait partie des ingrédients de certains shampoings traitant ces troubles cutanés.

Historique

Découvert et baptisé par le chimiste suédois Berzelius en 1817, le sélénium est présent partout dans l'écorce terrestre, mais sa répartition n'est pas uniforme. Parmi les zones pauvres, on compte notamment la Finlande, la Nouvelle-Zélande et certaines régions de Chine ainsi que, dans une moindre mesure, le Royaume-Uni et l'Europe en général.

Une déficience en sélénium est la cause de la maladie de Keshan, une cardiomyopathie qui touchait particulièrement les enfants dans une province de Chine dont les sols sont très pauvres en sélénium. Une supplémentation en sélénium a remédié au problème. Cette carence est aussi une des causes de la maladie de Kashin Beck, une arthrite déformante qui touche plus 2 millions d'individus dans le sud-est de la Sibérie, le Tibet, la Corée du Nord et le centre de la Chine.

C'est à partir des années 1950 que des études sur des animaux ont commencé à démontrer l'importance cruciale de la synergie entre le sélénium et la vitamine E pour prévenir plusieurs maladies. Puis, en 1973, des chercheurs de l'Université du Wisconsin ont démontré que le sélénium est un cofacteur de la glutathion-peroxydase (Voir la section "Propriétés"). Depuis 1984, la Finlande a instauré un programme d'enrichissement des engrais à l'aide de sodium de sélénate, ce qui a fait tripler les apports en sélénium de la population; l'incidence des maladies du coeur et de certains cancers a diminué, mais, comme le régime alimentaire des Finlandais s'est amélioré sur d'autres points, il est difficile de relier cette amélioration au seul apport supplémentaire en sélénium.

En 1997, un éditorial du British Journal of Medicine a tiré la sonnette d'alarme : les apports en sélénium diminuent beaucoup en Europe semble-t-il. Par exemple, au Royaume-Uni ils sont passés de 60 mcg/jour à 34 mcg/jour entre 1975 et 1994. L'éditorial concluait en évoquant l'urgence d'agir et en suggérant de suivre les traces de la Finlande ou d'enrichir la farine en sélénium. Après tout, soulignait l'auteure, les animaux de ferme bénéficient d'une alimentation enrichie en sélénium depuis 1978 afin de prévenir l'apparition de certaines maladies! Néanmoins, en 1998, le Committee of Medical Aspects from Foods and Nutrition Policy, tout en mentionnant qu'il était nécessaire de suivre de près les apports nutritionnels en sélénium de la population, a choisi de ne pas exiger l'enrichissement des engrais ; les preuves d'une carence au sein de la population n'étaient pas suffisamment déterminantes, selon le comité. La chercheure, Margaret P. Rayman, a cependant fait de nouveau usage de sa plume dans le Lancet en 2000 pour communiquer son inquiétude, qui est d'ailleurs partagée par plusieurs spécialistes en santé publique.

La plupart des régions des États-Unis (sauf les plaines de la côte est et la région nord-ouest du Pacifique) et du Canada bénéficient d'un sol riche en sélénium; on associe d'ailleurs la baisse des apports en sélénium au Royaume-Uni par l'arrêt de l'importation de blé dur américain et canadien. L'apport moyen aux États-Unis est estimé à 125 mcg/jour.

Principales sources alimentaires

La championne toutes catégories en matière de sélénium est la noix du Brésil, notamment parce que le sol des Andes est riche en cet oligoélément : elle en renferme environ 120 mcg. Elle contient, de plus, une bonne quantité de vitamine E dont l'activité antioxydante est augmentée par le sélénium. Certaines sources recommandent de consommer, de préférence, celles qui ont conservé leur petite peau brune. Leur haute teneur en lipides les rend très susceptibles au rancissement une fois écalées : écalez-les vous-même au fur et à mesure ou achetez-les en petites quantités dans un magasin où le roulement des stocks est rapide et gardez-les au congélateur en permanence. Malheureusement, notre population n’en consomme pas assez. Car cette noix a tendance à faire grossir. C’est là qu'entre en jeux les suppléments nutritionnels tel que le Sélénium de Source Naturals.

Les aliments suivants en contiennent aussi des quantités intéressantes :

  • Aliments d'origine animale, notamment les abats (attention au Cholestérol) et les fruits de mer,

  • les céréales complètes,

  • les champignons, l'ail, les oignons, les crucifères,

  • levures alimentaires enrichies en sélénium.

Symptômes de carence ou de risque de carence

Les végétaliens consommant des aliments cultivés sur des sols pauvres en sélénium pourraient être en risque de carence.

Recherches

Le nombre de recherches de tous types (animales, épidémiologiques, prospectives, cliniques) sur le sélénium est si astronomique qu'on ne peut les mentionner toutes ici. Beaucoup de résultats très encourageants ont été constatés au cours d'études épidémiologiques et cliniques au chapitre de la prévention de certains cancers, notamment le cancer colorectal ainsi que ceux de la prostate, du poumon, de l'oesophage et du tube digestif.

Celle publiée en 1996 dans le Journal of American Medical Association a causé une grande surprise dans le milieu scientifique; d'une durée de 4 ans et demi, elle portait sur 1 312 sujets. Le but initial de l'étude était de vérifier si une supplémentation en sélénium (200 mcg) pouvait avoir un effet bénéfique sur le cancer de la peau sur des sujets qui avaient déjà eu un épisode de cette maladie. Les résultats furent négatifs à ce chapitre, mais les chercheurs ont, dans un deuxième temps, examiné l'impact de la supplémentation sur d'autres cancers et ont constaté que les sujets consommant du sélénium avaient beaucoup moins de cancers de la prostate (une diminution de 63 %!), de cancers colorectaux (58 % de moins) et de cancers du poumon (46 % de moins). Les sujets de ce groupe ont développé 39 % de moins de nouveaux cancers et leur taux global de mortalité par cancer était deux fois moindre! Notez tout de même que le taux global de mortalité, toutes causes confondues, n'était pas significativement différent entre les deux groupes, soit 129 décès dans le groupe placebo et 108 dans l'autre. Cependant, les résultats étaient si probants au chapitre du cancer que, pour des questions éthiques, les chercheurs ont mis fin plus tôt que prévu au groupe placebo! Malgré les faiblesses de cette étude (changement d'objectif en cours de route et très faible proportion de femmes parmi les sujets), Andrew Weil et Dean Ornish recommandent chaudement une supplémentation en sélénium de 200 mcg/jour. Dean Ornish souligne que le sélénium combine plusieurs avantages importants : les preuves scientifiques s'accumulent, il n'est pas cher et, à cette dose, les effets secondaires sont quasi inexistants.

Une étude publiée en 1998 est venue confirmer le lien étroit entre un faible taux de sélénium dans l'organisme et le risque de développer un cancer avancé de la prostate. Une autre encore, publiée en 2000 et effectuée en Chine a également validé un lien entre un faible taux de sélénium et l'incidence de cancers gastriques et de cancer de l'oesophage.

Enfin, le Arizona Cancer Center supervise actuellement le déroulement de quatre études sur une supplémentation en sélénium et divers stades du cancer de la prostate chez des sujets à risque élevé de développer ce cancer ou un stade plus avancé de ce cancer.

Les études sur les effets préventifs du sélénium au chapitre des maladies cardiovasculaires sont moins nombreuses que celles sur le cancer et leurs résultats ont tendance à se contredire.

Note : Au cours d'une étude clinique, l'administration de 4,000 mcg/jour de Seleno-Kappacarrageenan® a réduit les dommages aux reins et la diminution des globules blancs qui sont des effets secondaires habituels de la cisplatine (Platinol®)), un médicament utilisé en chimiothérapie. La consommation de telles quantités de sélénium doit absolument être supervisée par un médecin.

Contre-indications

Un excès de sélénium peut entraver la croissance des enfants, il n'est donc pas conseillé de leur donner des suppléments.

Une étude a constaté que dans le cas d'un goitre causé par une déficience en iode, une supplémentation en sélénium a abaissé le faible métabolisme de la glande thyroïde.

Effets secondaires

Une intoxication par le sélénium provoque, entre autres réactions, une haleine qui sent l'ail, un goût métallique dans la bouche, des ongles et des cheveux cassants, une irritation des voies respiratoires et une perturbation des enzymes hépatiques. Une intoxication aiguë peut provoquer des convulsions.

Chez les enfants, un excès de sélénium peut retarder la croissance. On déconseille d'utiliser sur eux des shampoings contenant du sélénium (régulateur de la séborrhée), car il peut être absorbé par la peau.

Consommer plus de 1,000 mcg par jour de sélénium peut provoquer la perte des ongles, une éruption cutanée et des changements dans le système nerveux.

Des intoxications chroniques se produisent chez certaines populations indigènes des régions dont le sol est très riche en sélénium et les personnes exposées professionnellement (industrie chimique, des semi-conducteurs et des produits cosmétiques et dermatologiques); dans ces cas le sélénium est absorbé par inhalation ou par le biais de la peau.

Précautions

À hautes doses, le sélénium est très nocif. Les sources ne s'entendent pas sur ce qui constitue une dose toxique, mais, en moyenne, elle se situe à 800 mcg/jour pour un adulte. Toutes les sources consultées s'entendent pour fixer à 400 mcg la dose journalière maximale pour un adulte, mais conseillent généralement de s'en tenir à 200 mcg.

Interactions avec des médicaments

Clozapine (Clozaril®) : Une étude a démontré que ce médicament, prescrit dans certains cas de schizophrénie, peut faire baisser le taux de sélénium dans le sang.

Acide valproique (Depakene®) : à cause de l'effet biochimique de ce médicament antiépileptique, il est suggéré que les patients qui en prennent s'assurent d'un apport suffisant en vitamine E et en sélénium.




  Copyright 2001- 2013 © DHEAUSA.COM   All rights reserved.